Imprimer
  
Vendredi, 08 Novembre 2013 14:39

Ecurie_de_minuit_Gue_18_Boischaut_001Pour les cavaliers randonneurs, les passages de gués sont toujours des moments agréables. Les sites sont souvent jolis et l’été, ils offrent de la fraicheur et l’occasion de désaltérer les chevaux. C’est également la possibilité de faire un petit arrêt au cours de l’étape, voire une baignade. Lors de ces traversées, on appréciera notamment le bruit du pas des chevaux amplifiés par l’eau, les éclaboussures…

Et les anecdotes ne manquent pas. Tel cavalier n’ayant pas protégé l’intérieur de ses sacoches a retrouvé leur contenu complétement trempé. Tel cheval de club était connu pour se rouler dans l’eau surprenant le cavalier distrait.

Mais les gués peuvent être aussi un moment de confrontation entre le cavalier et un cheval réticent. Certains chevaux n’aiment pas rentrer dans l’eau et il faut beaucoup de diplomatie pour les faire avancer. Enfin, certains gués peuvent s’avérer dangereux et un minimum de précautions s’impose avant de franchir un gué inconnu.

 

On rencontre assez souvent des gués, un peu partout en France. Sur la Charente, par exemple, un véritable circuit des gués existe qui permet de franchir plusieurs fois la rivière dans la même journée.

 

Nous sommes ici dans le sud du département du Cher, avec les cavaliers des écuries de Minuit en train de franchir le gué sur l’Arnon. Cette rivière qui prend sa source dans la Creuse, parcours 150 km avant de se jeter dans le Cher à l’ouest de Vierzon.

Mis à jour ( Vendredi, 08 Novembre 2013 14:44 )